Le billet de Jean est de retour

              Bonjour à tous ! Dans ces moments de confinement, loin de notre terrain de jeu préféré, nous avons pensé que vous divertir pourrait être une saine activité mentale. Il y a quelques années en arrière, nous publiions une rubrique intitulée « Le billet de Jean ». Notre ami Jean FERRE écrivait quelques petits textes pour illustrer de manière humoristique le jeu de golf et les golfeurs. Reprenant cette idée, il nous autorise à publier sa chronique hebdomadaire paraissant dans « L’Echo du Berry » chaque jeudi depuis septembre 2014. Ces petits textes sont les reflets de l’inépuisable actualité sportive passée au révélateur de son humeur. Pas de leçons à donner ou une quelconque morale à imposer car ces billets ne sont que des moments de divertissement pour admirer ou se moquer des moeurs des sportifs d’aujourd’hui. Nous publierons quelques-uns des quelques 275 chroniques. Bonne lecture à tous ! N’oubliez pas : ce n’est que pour sourire en attendant des jours meilleurs pour taquiner la petite balle blanche.

Et on commence par :

1. Vive la rentrée !     4 septembre 2014

            La rentrée de septembre et celle du Nouvel An ont en commun les bonnes résolutions. Vous savez, celles du genre : « Demain, j’arrête la clope !» Pour Marcel Clampin (cousin germain de Bidochon), l’été et ses tenues légères ont révélé ce qu’il s’efforce d’occulter le reste de l’année : son indéniable décadence corporelle de cul-de-plomb indécrottable et sa minable condition physique de sédentaire endurci. Le vêtement quotidiennement enfilé et l’ascenseur systématiquement utilisé voilent, masquent et dissimulent ce que la quasi-nudité estivale et le jeu sportif révèlent, dénoncent et mettent crûment à la lumière : la décrépitude esthétique et le souffle court. Le constat est amer : la ceinture abdominale d’antan s’est muée en bedon replet de notaire, les biceps saillants d’autrefois sont désormais semblables aux brandillons de Vincenzo Nibali, les cuissots de sanglier se sont métamorphosés en cuisses de flamant rose. De plus, en vacances au bord de la mer, les courbatures nées des parties acharnées de beach-soccer contre les Hollandais du camping imposaient à Marcel deux jours de marche avec déambulateur. Par ailleurs, les baignades dans les vagues océanes étaient une lutte contre l’asphyxie tant le style natatoire était nul. Pour un peu, il aurait fait appel à la bouteille d’oxygène des MNS du poste de secours. Tout marri qu’il fut par ce constat d’impuissance sportive, Marcel s’est promis, juré, craché qu’il allait se reprendre en mains. Finis les longs apéros-barbecue-cacahuètes salées, les merguez-parties et autres sardinades interminables entre potes. Dès la rentrée, il se met à l’aquagym et s’inscrit à la salle de sport du coin de sa rue. A lui les incontournables séries d’abdos-fessiers, les pompes claquées, les déhanchements lactiques sur la bécane immergée de la piscine du quartier : il ne s’épargnera rien, sa volonté est inébranlable. Marcel va se sculpter un nouveau corps. Il y a du boulot, Marcel le sait !  Marcel le veut ! L’été prochain verra surgir un nouvel Apollon sur les plages de la piscine du camping des Flots bleus de Saint Glandu-sur-mer. Foi de Marcel. En espérant qu’il n’ait pas lu l’aphorisme d’Oscar Wilde : « Les bonnes résolutions sont des chèques tirés sur une banque dont on n’a pas de compte courant.

Ce contenu a été publié dans Non classé par Jean. Mettez-le en favori avec son permalien.

Pour vous inscrire aux compétitions vous devez vous enregistrer ou vous inscrire