Le billet de Jean : dernier-né

Demain, ouverture de la chasse aux birdies, youpiiiii !

Yesssss ! Le compte à rebours est lancé. Enfin ! Si tout se déroule bien dans les jours à venir. Comme tous les accrocs du sport, Marcel Dubosquet (et sa compagne officielle de parcours Brigitte Delahaie) ainsi que tous les golfeurs confinés décomptent les journées avant la date fatidique du 11 mai. Comme un bidasse avec le Père-Cent1 ou un prisonnier bientôt libéré, il coche et aligne, jour après jour, les petites croix sur son carnet de golf. Quasiment un jeu de morpion. Il a déjà rechaussé cette mocheté de godasses à clous qu’il chérit depuis des débuts enchanteurs, quitte à rayer le parquet du salon. Il faut bien, qu’après deux mois de pantouflage, il réconcilie ses pieds avachis et ramollis par le confort douillet de confortables charentaises avec ses spartiates pompes bicolores clownesques. Avec cette interdiction de sortir l’obligeant à ronger son putter sur la moquette du couloir et à maudire ce beau soleil qui le narguait derrière la vitre, Marcel reconquiert demain ses droits de jeu. Le printemps arrivant, le fringant et élégant impatient va reprendre son passe-temps à plein-temps. Quand la lapine câline dandine son coquinet petit cul blanc dans le seigle naissant, quand la bécasse molasse rêvasse et bavasse comme une bêtasse, quand la mignonette alouette n’est plus muette, quand la caille canaille criaille dans la rocaille, le golfeur confiné depuis trop longtemps lustre ses cannes, cire ses pompes, marque ses balles, épointe ses tees, graisse les moyeux des roues de son chariot, taille son crayon de bois et nettoie sa gomme. Il a vu et revu tous les tournois de ces dix dernières années à la téloche. Il a poussé les meubles du salon et tenté d’appliquer les conseils techniques donnés par tous les gourous autoproclamés du swing qui sévissent sur la Toile et les réseaux sociaux. Il sait tout du hook, du slice, du pull-hook, du push-slice ou l’inverse car il finit par se mélanger les neurones, les pinceaux et les clubs. Le trop de théorie tuant toute trajectoire naturelle, Marcel devrait méditer ce qu’en disait Dave Hill : « Le swing, c’est un peu comme le sexe. Pendant qu’on le fait, il ne faut pas penser à la technique, sinon on fait n’importe quoi. » Par ailleurs, il n’a pas pu expérimenter et vérifier grandeur nature tout ce remarquable remodelage technique dans le jardin : la commande-express de son filet de practice fabriqué – devinez où ?… Bingo ! En Chine- vogue sur les flots, depuis un bon mois maintenant, quelque part entre Wuhan et Villedieu. Tant pis, il devrait le recevoir incessamment sous peu, d’après les messages de son lointain expéditeur, un jour prochain sans doute quand toute cette quarantaine prolongée sera terminée. Il pourra s’en servir quand un prochain confinement se déclarera parce qu’un hurluberlu du bout du monde aura fait griller, pour son barbeuc dominical, un improbable kébab de porc-épic saucé au sang de scorpion de la steppe et déclencher un nouveau tsunami sanitaire. Que foutent Mac Do and Co ? N’auraient-ils pas quelques précieux investissements à faire dans ces contrées exotiques ? Revenons à nos ovins berrichons dont la viande ne présente, elle, aucune restriction de grillade. A consommer sans modération. Marcel est chaud comme la braise. Il a chargé à donf la batterie de sa montre GPS dernière évolution, celle qui lui donne le degré d’hygrométrie de l’air, la température, la force du vent et la position du drapeau au centimètre près. Très utile, même pour lui, dont l’ordinaire rayon de chute de balle atteint une précision d’atterrissage de l’ordre de la trentaine de mètres. Même si sa technique n’a que peu évoluée, le manque de pratique oblige, il s’est plongé avec enthousiasme et sans retenue dans « L’approche mentale du golf pour les invalides du bulbe », ce qui lui a fait méditer ces humoristiques aphorismes anglo-saxons. En voici quelques-uns qu’il partage volontiers. « Pourquoi est-ce que je me sers d’un nouveau putter ? Parce que l’autre ne flottait pas très bien. » (Craig Stadler). « Si votre adversaire est en train de s’y reprendre à plusieurs fois pour essayer de sortir du bunker, ne restez pas à côté de lui en comptant à haute voix le nombre de coups. S’il vous frappait, un tribunal pourrait le relaxer pour légitime défense. » commentait le célèbre Harry Vardon2. Un dernier pour le départ du trou n°1 : « Je me souviens avec émotion du jour où je suis passé sous la barre des 90. J’ai fêté ça en buvant quelques bières au club-house et j’étais tellement content que j’ai oublié de faire les 9 derniers trous. » (Bruce Lansky).

Allez ! La rentrée va bien se passer. Prévoyez votre masque et quelques balles supplémentaires au cas où… J’dis ça, j’dis rien mais au Val de l’Indre, il y a toujours la forêt au bord des faiways. A bientôt sur le pré !

1/ Seuls, ceux qui ont faire leur service militaire savent de quoi il s’agit. Pour les autres, demandez aux vrais hommes ; 2/ Inventeur du célèbre grip overlaping: le dernier doigt de la main droite se pose sur le premier de la main gauche.

Pour vous inscrire aux compétitions vous devez vous enregistrer ou vous inscrire