« Bonne année »

L’un des derniers « billets d’humeur » de Jean, dans L’Echo du Berry, pour sourire un peu !

« Et surtout la bonne santé !

Ouf ! 2020 s’achève enfin. « Annus horribilis ! » glisse Clampin en parodiant la Queen. 2020 ou l’année galère because ce virus mortifère. « Bonne année et bonne santé ! » qu’on s’était souhaité tout guilleret en se bigeotant les bajoues dans la nuit du nouvel An, entre deux amuse-gueules et une lampée de champagne ! Tu parles Charles d’une bonne santé ! L’an pire du milieu a vérolé la planète avec cette saloperie exotique, résultat foireux de cette sale manie de becqueter tout cru toute bestiole qui rampe, frétille, touille, grouille ou fouille. Que les gastronomes de Wuhan et des environs brident leurs désirs de s’empiffrer de ces brochettes de civettes, mouffettes, roussettes, belettes et autres recettes de serpent à sornette. « Zoonose » disent les experts. Ce malheureux pangolin déjà bien mal barré et cette innocente chauve-souris se sont vengés de cette traditionnelle addiction culinaire asiatique. Vivement que MacDo and Co envahissent le fin fond des campagnes chinoises. Au moins la viande ricaine contient des antibiotiques, c’est déjà ça. C’est  pas automatique mais c’est pratique. « Ça pourrait être encore bien pire. » prédisent les plus pessimistes épidémiologistes de la planète. Avec le réchauffement climatique entraînant le dégel du pergélisol*, il y aurait grand risque de remise en circulation de bactéries/virus/germes inconnus, enfouis depuis des millénaires dans les glaces septentrionales. Ah ! Le scénar cata pour demain. Avec un tel horizon, mieux vaut envisager s’inscrire à un stage de survie dans la brousse plutôt qu’à un stage sportif. Ils voudraient nous foutre la trouille qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Bonjour névrose, psychose et autre machinchose qui explosent avec cette apothéose grandiose qu’on nous propose. Mais Marcel est d’un naturel optimiste et veut croire en l’avenir. « Confiné, distancié, isolé, hospitalisé, vacciné… OK ! Mais que le sport soit avec nous ! » prie-t-il. « Sans spectacle sportif, c’est fade ! » Et les JO ? Manquerait plus qu’il y ait encore annulation. Déjà que le Tour de France s’est déroulé en septembre, Roland-Garros en octobre, manque plus que les Jeux d’été à Noël ! A ce rythme-là, une olympiade s’étalera sur huit ans. Le sport amateur a été ébranlé, chahuté, assommé, plombé, infecté, ajourné, cloîtré, déserté et finalement arrêté. Le sport-spectacle essaie de survivre à grands renforts de mises en quarantaine, d’installations de bulles et autres protocoles sanitaires drastiques. Il y va de sa survie financière donc médiatique. Que nous souhaiter en 2021 ? « Le vaccin, le vaccin, le vaccin ! » scande le peuple impatient. Au diable les ronchons et les réfractaires, il nous le faut vite pour à nouveau entendre les cris de joie et les sifflets d’une rencontre de foot ou de rugby, ou les applaudissements feutrés d’un tournoi de golf. « Je donne à mon espoir tout l’avenir qui tremble comme une petite lueur au loin dans la forêt. » (Guillaume Apollinaire).  « Bonne année et surtout la santé ! » ose Marcel. »

Permafrost en angliche

Ce contenu a été publié dans Non classé par Jean. Mettez-le en favori avec son permalien.

Pour vous inscrire aux compétitions vous devez vous enregistrer ou vous inscrire