Le billet de Jean : une rencontre rêvée.

Quelle ne fut pas ma surprise, moi qui n’ai de religion que celle du devoir accompli ou du travail bien fait, lorsque la nuit dernière, au détour d’un rêve dans lequel je pulvérisais le par du Val de l’Indre, Saint Andrews m’apparut. Le vrai, l’authentique, le big boss, le saint des saints du golf ! Il était flanqué d’une paire de saints majestueux qu’il s’empressa de me présenter : un dénommé Fiacre, patron des jardiniers et un second qu’il appela Patrick. Imaginez mon émoi, moi qui suis un indécrottable et un irréductible agnostique devant un tel trio. Moi qui ne fréquente que sainte-Maure, saint-Emilion, sainte-Nitouche, saint-Glinglin et saint-Nectaire ? Que venaient-ils faire dans ma partie de golf alors que j’explosai mon meilleur score ? Je n’allais pas tarder à le savoir…

  • « Ave Jeannot, sancti te salutant (1) ! » (voir les pages roses du dictionnaire pour les plus ignorants de tes fidèles lecteurs ou le bas de page pour les plus flemmards) me lança Andrews

  • « Ave les garçons ! » répondis-je mezzo voce pour rester dans le ton (j’ai encore quelques réminiscences de mes heures de latin du lycée). « Va bene ?  » poursuivai-je.

  • « Si l’on vient emboucaner ta partie de golf, toi le billettiste attitré du Val de l’Indre, c’est que mes acolytes et moi, avons une proposition à te faire, surtout Fiacre et moi, Patrick venant opportunément se faire mousser pour sa fête. Bref, je serai bref car « de minimis non curat praetor (2). » Je suis saisi par les jardiniers du parcours de Villedieu (d’où le présence de Fiacre) de comportements peu amènes sur le parcours. Alors qu’ils travaillent pour embellir votre terrain de jeu, certains joueurs ne les respectent même pas. Ils deviennent des cibles malgré eux. Détestable, désagréable voire même dangereux ! »

  • « Vous voulez dire que certains joueurs les visent systématiquement ! » rétorquai-je.

  • « Non, non, les joueurs de Villedieu ne sont pas suffisamment adroits pour ça, même ceux qui se prennent pour des cadors. Non, mais il y a quelques joueurs inélégants : qu’ils soient classés à un chiffre ou joueurs de croquet, peu importe ! Tu as déjà parler des joueurs musards et des hussards. Là, il te faudrait parler de joueurs au choix : soudards, flambards, toquards, nullards. Je veux parler de ceux qui prennent les émules de Fiacre comme uniquement de vulgaires ouvriers mis à leur disposition pour embellir leur promenade campagnarde et qui frappent leurs balles sans se soucier de leur présence. Même s’ils ont la caboche dure… »

  • « Ah bon ! Ce type de types existe ? » osai-je dire penaud.

  • « Et oui Jeannot, il en existe. Abusus non tollit usum (3). C’est pourquoi, dans ton billet, j’aimerai que tu puisses faire passer un message de respect pour le travail accompli par Fanny, Bruno, Franck et Serge. Une petite attente pour voir s’ils vous ont repérés, un petit signe amical pour savoir si vous pouvez jouer, un petit merci au passage associé à un simple sourire sont autant d’attentions qui font les bonnes relations. Abundans cautela non nocet (4). Alterum non laedere (5)» poursuivit le saint scottish.

  • « Je vais tâcher de vous aider. Dès demain, je vous fiche mon billet que ce sera mis sur le site. Fiat voluntas tua (6). (Et toc, moi aussi, j’ai des citations à placer).

  • « Et bien, nous en sommes ravis. Ita diis placuit (7). Que notre Dieu aussi t’entende ! Mais surtout, si tes copains-golfeurs te lisent, ce sera encore plus profitable et salutaire pour nos amis gardiens de l’espace vert. Ave atque vale (8) » conclua-t-il avant de disparaître comme un avion de la Malaysia Airlines.

 Du coup, j’ai mal lu ma ligne de putt au 18, me suis précipité et j’ai terminé mon parcours d’enfer (oh pardon les trois gars ! ) par un trois putts. Merci, les archanges ! Faut jamais faire confiance à une paire de saints, fussent-ils émouvants !

 NB : Pour les plus hermétiques à la langue de César : 1/Salut Jeannot, les saints te saluent ; 2/ Le prêteur ne s’occupe pas des petites affaires ; 3/ L’abus n’exclut pas l’usage ; 4/ L’excès de prudence ne peut nuire ; 5/ Ne pas blesser autrui ; 6/ Que votre volonté soit faite ; 7/ Ainsi il a plu aux dieux ; 8) Salut et bonne route.

Pour vous inscrire aux compétitions vous devez vous enregistrer ou vous inscrire