Le billet de Jean : la victoire discrète

A l’heure où l’Europe politique cherche à exister devant l’Amérique toute-puissante, il est un domaine dans lequel les Européens dominent les Yankees : le golf. Pas persique, non, mais la discipline sportive. Ce week-end, s’est déroulée à Gleneagles, en Ecosse, la quarantième édition de la Ryder Cup. Créée en 1927, c’est la plus prestigieuse compétition biennale de golf qui oppose les USA à l’Europe. Le format de jeu : douze joueurs s’affrontent par équipes de deux (16 matchs) et en individuel (12 simples). Elle est un des dix spectacles sportifs majeurs du monde actuel. Cet événement exceptionnel fait vibrer les 65 millions de golfeurs licenciés dans le monde et quelques 700 millions de téléspectateurs. L’Europe 2014 présentait huit nationalités différentes (dont un Français, Victor Dubuisson) qui ont, paradoxalement, montré un esprit d’équipe beaucoup plus fort que l’équipe des States, orpheline de sa star Tiger Woods. Le score est net et sans bavure : 16,5 points à 11,5. L’Europe enchaîne une troisième victoire consécutive, la huitième sur les dix dernières éditions. Autant dire que la suprématie américaine des cinquante premières années du trophée est actuellement mise à mal.

Par contre, dans les médias français, les rédacteurs en chef des journaux d’informations ont totalement occulté l’exploit. C’est comme si, en tennis, la Coupe Davis était passée sous silence. Pas d’images, pas d’interviews : le désert médiatique. Et pourtant que d’exploits superbes dans un décor de rêve où la douceur des lieux ne rivalise qu’avec le calme des joueurs. Pas de crétins bornés pour crier des insultes aux supporters du camp adverse, pas de policiers placés tous les dix mètres pour contenir des hooligans abrutis et haineux, toujours prêts au baston gratuit.

Et dire que la France organisera la Ryder Cup 2018 à Paris ! Il va falloir ramer, messieurs les organisateurs, contre l’image collée à la pratique golfique soi-disant réservée à des vieux friqués, fagotés de vilains pantalons à carreaux et se déplaçant, comble de la pratique physique, dans une voiturette électrique ! Oui, le golf est un vrai sport, encore faut-il le pratiquer pour le goûter. Grant Rice (journaliste sportif US, 1880-1954) le définissait ainsi : « le golf se compose à vingt pour cent de mécanique et de technique. Les quatre-vingts pour cent restant sont un mélange de philosophie, d’humour, de tragédie, d’aventure, de mélodrame, de camaraderie, de perversité et de conversation. » Foi de pratiquant !

Pour vous inscrire aux compétitions vous devez vous enregistrer ou vous inscrire